Actualités

Ce week-end, Nabeul fait la fête de l’harissa et du piment

L’Harissa, incontournable sauce tunisienne piquante, fait parler d’elle à l’international. Ce piment de Nabeul est un condiment incontournable dans la gastronomie tunisienne. En cuisine, cet épice remplace le poivre en apportant parfum et piquant sans ôter le goût de l’aliment. La fin des récoltes des piments est célébrée par le chef Rafik Tlatli du  2 au  4 Octobre 2020 à l’espace restaurant Il Gusto à Nabeul .

La cité des potiers offre un sol fertile pour la culture du piment, la ville  en a fait une fête aux couleurs capbonaises, au cours de laquelle les cultivateurs peuvent présenter leur production et les restaurateurs composer des plats exceptionnels exclusivement agrémentés avec des piments. Il faut se pencher sur le journal de bord de Christophe Colomb pour découvrir la première trace écrite relatant l’existence d’un piment savoureux. ” Mejor que pimienta nuestra” note le célèbre explorateur en date du 15 janvier 1493, alors qu’il se trouve à Cuba. Les peuples d’Amérique le cultivent et l’apprécient depuis longtemps déjà.Ramené en Espagne puis en Tunisie, on le surnomme le ” poivre long d’Amérique “. Son succès est rapide.

 

Les fermes du pays le cultivent et il fait son apparition au Cap Bon, notamment dans la région de Nabeul.Le piment, a d’abord un usage médicinal : il est intégré à la composition de différents remèdes ou d’emplâtres, avant même d’être utilisé en cuisine. Le piment revêt aussi un rôle à la fois accessoire (assaisonnement) et fondamental (conservation) dans l’alimentation. Transformé en poudre après séchage, sa fonction principale est l’assaisonnement des plats, car le piment est alors bien moins cher que les épices lointaines, tel le poivre. Le séchage des piments sur les façades des maisons à l’automne constitue un élément marquant de la culture de la région et il contribue au développement du caractère aromatique de grillé, souvent perçu dans la poudre. Les cartes postales et publicités soulignent cet aspect culturel unique prisé des touristes.

 

L’harissa nabeulienne est exportée vers une trentaine de pays en Afrique, en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, avec un volume d’exportation qui a dépassé les 16.000 tonnes en 2015, pour une valeur globale de 50 millions de dinars tunisiens (MDT).

 

 Le programme de cette  fête de l’Harissa   est une nouvelle fois riche et varié. Cooking Show, dégustation, Expo-vente, Ateliers, animations de rue .. sont tous au rendez-vous.Des ateliers d’apprentissage de la fabrication d’harissa seront, en outre, ouverts aux amateurs et aux étudiants. Bref, Nabeul  nous fait jouir d’un décor qui nous entraîne dans un dédale de maisons ornées de centaines de guirlandes de piments. Un décor qui donne envie de flâner… et de se laisser aller à la gourmandise durant ce week end

Related Articles

Close