Nationales

Gel hydro-alcoolique, oui, mais privilégier le lavage à l’eau et au savon

Pratiques, ces gels ont des propriétés bactéricides, fongicides et virucides. Ils permettent effectivement d’assainir nos mains après avoir touché d’éventuelles surfaces contaminées. Le virus reste en effet actif 4 à 9 jours sur les surfaces inertes. Attention cependant ! Ils doivent être utilisés uniquement lorsqu’un lavage de mains traditionnel avec de l’eau et du savon n’est pas possible. Sinon, le remède risque d’être pire que le mal à long terme. En cause, plusieurs perturbateurs endocriniens entrant dans la composition de ces produits. Des chercheurs de l’université du Missouri (Etats-Unis) ont ainsi mis en garde dès fin 2014 dans la revue Plos One sur le bisphénol A qu’ils contiennent et qui peuvent entraîner des dérèglements hormonaux en cas d’usage quotidien. Outre le fait d’assécher la peau, l’alcool contenu dans ces gels favorise la pénétration du bisphénol dans l’organisme, avec le risque d’effets néfastes variés à long terme comme favoriser l’apparition de l’obésité ou de cancers. Certains de ces gels peuvent contenir d’autres perturbateurs endocriniens comme le triclosan ou le triclocarban. Il est donc important d’en décrypter la composition. Il faut aussi savoir que si les gels tuent bactéries et virus, ils ne les éliminent pas physiquement, les dépouilles microbiennes demeurant sur les mains. Qui ne sont donc jamais totalement propres…

Conclusion : gel hydro-alcoolique, oui, mais privilégier le lavage à l’eau et au savon.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer