Economiques

“Tabouna” “Mlaoui” “Salade méchouia”.. Ces petits  métiers du Ramadan

Ramadan a ses propres besoins, et donc des métiers spécifiques pour combler la demande accrue sur les produits alimentaires. Bien avant le mois sacré, des milliers de familles travaillent d’arrache-pied pour préparer leur commerce spécifique à cette période.  C’est l’occasion  de gagner un peu d’argent. Les gens transforment leurs maisons en ateliers pour préparer ces produits alimentaires . Malsouka, Mlaoui, Slata Méchouia, tabouna, jus du citron , de fraise enregistrent les meilleures ventes parmi les saisonniers.

Le pain au mois de Ramadan devient une gourmandise. On boude la baguette caoutchouteuse de l’épicier du coin et on prend le temps d’aller chercher son pain un peu plus loin chez les vendeurs de pain traditionnel  connus pour la saveur de leurs produits. Dans tous les marchés du pays, des enfants, femmes, hommes, jeunes et moins jeunes s’adonnent à ce petit métier de vendeur de pain traditionnel (Tabouna). De plus en plus de personnes se tournent vers ce créneau lucratif pour en faire une profession. Ce pain a un goût particulier même si les prix ont grimpé passant de 600 à un dinar la pièce.Les gens raffolent ce pain succulent quelque soit le prix « J’aime bien manger le tabouna  mais je ne trouve pas le temps pour le faire, c’est pour cela que je l’achète ici, d’autant plus qu’ils font du bon pain et le magasin est propre» nous a expliqué Hajer ,une mère de trois enfants.  Hédi ne rate pas un jour pour acheter son khobz chir . Tout comme Naceur  qui n’oublie jamais ses mlaouis. Durant les ce ramadan, le cours de ce pain maison  a beaucoup augmenté. Sans doute est-ce là un des effets de ramadan ? Ou bien alors faut-il y voir un phénomène conjoncturel de l’offre et de la demande ? Les consommateurs ne reculent pas. Ils achètent même à des prix chers. Boulimie ou pas, le commerce de ce pain est florissant comme en témoigne cette file longue, véritable cohue, pour ne pas dire bousculade au niveau des vendeurs de pains à l’entrée de nos marchés.

Related Articles

Close