Culturelles

“Rawa7” à Hammamet :un récit bouleversant où les émotions se mêlent et s’entrecroisent

 

Sahriyet été 2020 à Hammamet se poursuit avec la même ferveur et le bonheur de la rencontre entre le public et les artistes après des mois de confinements et d’arrêt total des activités culturelles suite au confinement imposé par la propagation du Covid 19. Après la musique classique et la chanson, le public était au rendez-vous avec le théâtre avec « Rawa7 » un one woman show à la fois cynique que captivant sur un texte de Khaoula El Hadef, Fatma Felhi et Yosr Galai avec une mise en scène de Khaoula El Hadef.
La pièce s’ouvre avec un jeu de mapping par une image cosmique dynamique avec un zoom avant qui rétrécit pour se focaliser sur la Tunisie avant de se fixer sur un village perdu quelque part dans les environ de Sidi Bouzid. Et c’est à partir de cet instant que le fil de l’histoire se déroule pour laisser apparaitre des personnages loufoques ou profonds, mais toujours familiers.
Sur une scène minimalise où les effets sonores et les lumières sont une partie intégrante de l’écriture dramaturgique, Fatma Felhi ouvre en fait le livre de sa vie, en feuilletant les pages de son existence depuis son plus jeune âge jusqu’à la cinquantaine, avec un récit bouleversant où les émotions se mêlent et s’entrecroisent dans une intimité à nulle autre pareil.
En partant de Tunis pour rejoindre la bourgade « Radhaa » proche du village de Regueb à 50 km de Sidi Bouzid, suite à un appel de sa famille la sommant de rentrer, Fatma se lance dans un road trip tout au long duquel elle retrace les étapes cruciales de sa vie pas du tout facile mais au bout de laquelle et grâce au sacrifice d’une mère courage et d’un père éclairé parvient à réaliser son rêve et celui de sa famille en devenant enseignante.
Est-ce le bout du tunnel ? Loin s’en faut. Le combat de Fatma se poursuit comme celui de toutes les femmes tunisiennes, confrontées qu’elles sont aux dictats des traditions et accablées par le fardeau des besoins de leur famille qu’elles trainent leur vie durant.
« Rawa7 », est l’histoire authentique de la comédienne Fatma Felhi qui a rejoint Tunis pour des études supérieures en dramaturgie après avoir vécue dans son village natale, les affres du dénouement d’une famille nombreuse de dix enfants.
En partant d’un texte réalisé dans un esprit participatif d’où sa riche et sa profondeur, la comédienne dessine une cartographie physique et sociale d’une Tunisie qui peine encore à minimiser ses paradoxes. La route qu’elle emprunte pour se rendre chez elle est un palimpseste qui révèle les clivages entre les régions que la mise en scène renforce avec les tonalités d’une lumières pas du tout muette.
Une route et plusieurs escales qui offrent à la comédienne le temps de se poser un tas de question sur elle-même, sur les liens avec sa famille, avec son pays tout en s’offrant la liberté de rêver au départ salvateur vers des horizons plus cléments, des pays nantis où la liberté la plus fantasmagorique est possible.
Mais à son réveil, elle se fracasse sur les rivages d’une réalité figée comme le roc et une condition immuable malgré tout semblant de changement.
« Rawa7 » est un témoignage chargé d’humanité, sincère et émouvant. Certes, il s’agit d’une histoire, celle de Fatma, mais aussi la notre. Car chacun de nous se retrouve dans l’une de ses escales, à travers l’un de ses multiples personnages, l’un de ses nombreux récits où l’humour est aussi très présent.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer