Culturelles

Mariam Gaarali expose à l’espace Jeelen ” Rasignes et Envols de l’âme”

 

L’artiste Mariem Garaali Hadoussa nous invite à découvrir  sa nouvelle exposition intitulée “Rasignes et Envols de l’âme ” à l’espace Jeelen Art, offrant au spectateur la liberté d’interpréter et de ressentir les œuvres exposées

Les travaux de Mariam Garali  se profilent comme le fruit de trois années  d’une quête intérieure en vue d’allier les sentiers nouveaux du volume et l’éclat du jaillissement de sa palette si riche mais également de ses recherches plastiques. Sur la toile, ce n’est la couleur qui peut conditionner son sujet, même parfois sorti d’un rêve, car d’autres ambiances et de nouvelles lumières enveloppent ses inspirations.

 

Mariam a peint comme un écrivain écrit . Sur ses toiles à huile ce qu’elle partage ne se décrit pas mais se ressent.”Ma quête artistique dit- -elle , n’a cessé de m’entraîner , de me pousser au fond de mes retranchements pour creuser en moi et chercher la vérité, ma voie, celle pour laquelle je suis née. Creuser dans le passé pour mieux renaître et offrir une expression toujours renouvelée” .Et d’ajouter ” dans mon peindre, les symboles, les signes, le patrimoine ont toujours été présents, témoignages de mes racines, mes sources d’inspiration dans un amalgame de couleurs, de souvenirs et d’une gestualité qui se veut dynamique, énergique pour traduire les fluctuations d’une âme tantôt tourmentée, tantôt apaisée toujours à la recherche d’une appartenance à un univers lointain que je sens si proche pourtant”

Mariam fut ancrée dés son jeune âge dans un terroir chargé d’histoire et de pratiques mystiques; ce sont les traces de ce patrimoine hérité à facettes multiples, que l’on retrouve dans ses œuvres, tant elle puise dans ses racines pour en extraire le beau, reliant une grande tradition spirituelle à une culture enrichie à des sources diverses.

Son œuvre “Nabeul mes racines”, reflète cet attachement à cette ville “Mes racines sont nabeuliennes, dans mes veines coulent les us et coutumes de mes ancêtres . C’est pour quoi j’ai décidé de peindre ma ville. Munie de mon appareil photo j’ai arpenté les rues et avenues, marabouts et plages pour constituer une banque de données . J’ai peint de mémoires, des collages souvenirs . J’ai essayé de peindre Nabeul dans un style contemporain, de semi abstrait à suggestif voire surréaliste

“Le silence s’élance en transes” c’est une série que Mariam a travaillé exclusivement pendant le confinement. Le silence était total . Elle a travaillé avec une nouvelle technique . Ce silence lui a permis de la développer et de peindre en toute liberté . Cette voie c’est celle du Tao

Dans sa troisième série “l’âme crie ses écrits” les signes et les graphismes prennent une plus grande place sur ses toiles pour exprimer les forces de la nature et  sa beauté

 

Related Articles

Close