Culturelles

Deux spectacles chorégraphiques: “NO VICE” et “Andalouse(s) à Hammamet

No-vice est une expérience qui représente un voyage dans le temps dans un espace virtuel qui n ́a pas de forme spécifique. Il est interprété par deux danseurs qui représentent un et plusieurs corps transformables sur le plateau dans une configuration proche du public. En se basant sur des éléments de suspension et des mouvements circulaires, les corps évoluent dans un mouvement continu de transformation et de développement, avec l ́unité (espace, musique, lumière et mouvement) et des projections d’éléments visuels sur le plateau. Le projet convoque un corps rebelle non identifié, entre hésitation et précision, le spectacle pose plusieurs interrogations: Pourquoi la société nous impose-t-elle de définir une personne en fonction de son sexe, de sa nature, de ses origines, de son apparence ? Comment juger un corps non identifié ?

ANDALOUSE(S) de Nesrine Chaabouni:

Ce solo rend hommage aux personnalités historiques choisies afin de frayer une traversée dans le corps dansant les figures de ces andalouses extraites de l’histoire arabo-andalouse mais aussi des Andalouses contemporaines, comme Raja Ben Amar ou de la chorégraphe même d’origine andalouse en tant que danseuse et artiste chorégraphique.Il s’agit de : Subh ou Aurora, dite al-Baskunsiyya, Nazhoun bint Al Qulai, et Wallada bint al-Mustakfi
Ce solo se ressource d’une part de plusieurs identités corporelles, artistiques et culturelles afin de frayer son chemin chorégraphique par le langage de la danse contemporaine ici et maintenant.
En s’appuyant donc sur une documentation iconographique des peintures orientalistes, mais aussi avec un regard critique sur ces icones dans leur aspect pittoresque et exotique, l ́œuvre décrypte ces danses au fil du temps, les lignes du corps, les musiques qui les accompagnaient. Afin donc de réécrire une nouvelle poïétique du corps en passant par l’abstraction et le dénuement des clichés. En s’appuyant aussi sur la musique malouf, sur des lectures sur tout ce qui peut nous renseigner sur l’énergie de ces danses. Ces icones ont représenté des danseuses du ventre, des danseuses tziganes, des danseuses flamencos. Toutes des chimères, qui par solo voudrait et pourrait aboutir sur le plan d’un rêve musical ré(ai)sonnant, sillonnant suivant le compas d ́une révolte intime !
Un spectacle chorégraphique en perpétuelle mouvance où le son, la musique, la vidéo, l’image et la lumière constituent une unité d’immersion sonore et visuelle concluant à ce SOLO à plusieurs : Andalouses.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer