Culturelles

Amani Souissi fait vibrer ses fans à Tozeur

 

La chanteuse Amani Souissi a ébloui l’assistance au festival international des Oasis à Tozeur par un horizon de notes et un univers mêlant le  tunisien  et la musique orientale.. Accompagnée par ses musiciens, cette chanteuse a déclenché l’euphorie totale auprès de ses fans qui l’ont acclamée à maintes reprises . Elle a présenté ce soir  un répertoire riche, dont la musique allie puissance et légèreté. Ses  interprétations étaient plaintives et fortes, aptes à faire passer leur message à la perfection. Comme à l’accoutumée, la prestation d’Amani a fonctionné comme une belle. Elle a  fait vite vibrer la foule de la scène en interprétant des anciens tubes et des chansons de son répertoire le plus récent, dont « Hiz Ayounek » et « El Megaiess » La star s’est distinguée par sa belle voix douce et romantique qui a suscité l’admiration et les applaudissements soutenus de ses fans. Elle a essayé de mettre à chaque morceau, du cœur et de l’énergie. De temps à autre, le violon ou le clavier  domine le tout avec des solos remarquables. Le public ému applaudissait cette chanteuse  à la  voix virtuose à la tessiture extraordinairement étendue. Sa  voix, fragile et majestueuse a ébloui ses fans, venus l’applaudir à chaque tube. Ses touches  expriment des tableaux multicolores, une sensibilité et des couleurs d’ici et d’ailleurs avec des influences parfois mystiques, appréciées par l’assistance. Chaque note raconte une histoire. Dans un seul morceau, on écoute différentes facettes de cette musique authentique. Des morceaux  comme « Mayel Ya Ghzaiel » « Yalala » « Allah » ou « Al Ain » et autres ont retenu un grand public, connaisseur et enivré par cette musique belle et innovante . A mesure que l’on avance dans le temps, l’ambiance se fait plus festive, le rythme plus tonique et l’atmosphère plus allègre. Amani a interprété des chansons tirées de son premier album sorti en 2006 et baptisé «Waïn» .Elle a fait bouger  ce soir toute cette marée humaine qui, debout a chanté et a dansé. Elle a tenu à chanter des airs de Nadhim Gazali et Feyrouz  et  a réussi à  enflammer la scène bondée de jeunes, d’adultes et de vieux . Bref, une soirée de tarab de qualité sans déchaînement, sans agressivité

 

Related Articles

Close