jeudi, 25 mai 2017 Écoutez nous sur le 100.0 FM à Nabeul et Hammamet et sur le 104.1 FM au Cap Bon et au Grand Tunis
Home / Actualités / Radio Med à Carthage
12933053_1112172888805208_1256650624661299739_n (1)

Radio Med à Carthage

Le président  Béji Caied Essebssi a accordé une interview  à Radio Med. Il a  débuté son intervention en évoquant  son réveil matinal et son calendrier journalier. Son point de presse  d’une heure et demi  a été largement consacré aux sujets nationaux et internationaux et surtout du devenir du gouvernement actuel. Béji  Caied Essebssi a déclaré au micro de Sofiène Ben Farhat qu’il envisage visiter Ben Guerdane, ville proche de la frontière libyenne où une attaque « terroriste » sans précédent par son ampleur a visé les forces de sécurité il y a six jour.  Il a rendu hommage au travail colossal de l’armée et de la police  et a également confirmé la volonté de la Tunisie d’intensifier ses opérations contre le terrorisme « Le chef du gouvernement Habib Essid a fait le nécessaire en rendant visite à cette ville militante. Il a  soutenu les institutions sécuritaires et militaires. »

 

12903578_1010517182350749_1344270418_o (1)

Le Président de la République a appelé à la « solidarité » des autres pays de l’Union européenne et des Etats Unis  face au terrorisme, car « l’ennemi n’est pas un ennemi de la Tunisie, c’est un ennemi de l’Europe aussi. Chacun est désormais face à ses responsabilités, les pays voisins, les puissances, mais aussi l’Europe et le monde arabe. « La frontière avec la Libye constitue le talon d’Achille de la sécurité du pays dit-il . D’où la construction d’une séparation physique et électronique entre les deux pays. 540 kms séparent  la Tunisie et la Libye. Aujourd’hui cela constitue une menace permanente pour le pays. En ce qui concerne la surveillance électronique, la mise en œuvre est un peu plus compliquée. C’est pour quoi plusieurs  pays européens et américains nous ont soutenus dans l’installation des systèmes. Je cite l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, la Hollande, l’Angleterre et les Etats Unis »

 La nomination du chef du gouvernement ne fait pas partie de mes prérogatives

« Nous sommes désormais en guerre contre le terrorisme, a affirmé Béji Caïd Essebsi  au micro de Sofiène Ben Farhat et nous l’emporterons, surtout que les conditions de l’unité nationale sont désormais réunies ». Certes, ajoute t-il «  la situation économique est difficile. Les caisses sont vides. Il faudrait booster l’investissement et attirer de nouveaux investisseurs. Le climat n’est pas propice en raison de la situation sécuritaire mais surtout aux tracasseries administratives qui font fuir les investisseurs étrangers » Le Président de la République appelle  à ôter l’interdiction de voyage qui plombe encore nombre d’hommes d’affaires et à inciter ceux qui disposent d’avoirs financiers à l’étranger à les rapatrier en Tunisie. Sans ces réformes, nous ne pourrons jamais nous en sortir. Il faudrait restaurer  le prestige de l’Etat et travailler »

12919252_1010511885684612_1741895888_n (1)

 

A propos du rendement du gouvernement de Habib Essid, Béji Caied Essebssi a indiqué  que le rendement du gouvernement Essid est acceptable et qu’il n’y a pas lieu de changer le Premier ministre. » C’est un nouveau gouvernement qui n’a que quelques mois de travail . Il faudrait au moins deux ans et demi pour l’évaluer » Sofiène Ben Farhat  a parlé d’un faible rendement du gouvernement et de son incapacité à résoudre les différentes questions qui se posent, en l’absence de programmes clairs et concrets. Béji n’est pas de cet avis « Ce gouvernement s’est trouvé dans l’obligation de faire face à des problèmes quotidiens et à leur trouver des solutions. Les choses s’améliorent  et je le redis toujours la nomination du chef du gouvernement ne fait pas partie de mes prérogatives » Clôturant son point de presse et répondant à une question d’un journaliste  sur un éventuel vide de pouvoir en cas de son décès, Beji Caid Essebsi a évoqué les propos de Bourguiba qui disait « Je ne vais pas mourir et laisser certains s’emparer de la Tunisie. »

 

Le Hezbollah n’est pas une organisation terroriste

Répondant à la question de Sofiène Ben Farhat sur l’attitude de la Tunisie envers le  Hezbollah libanais, le Président de la République  a souligné que la Tunisie  refuse de s’ingérer dans les affaires internes d’un pays frère.  « Hezbollah n’est pas une organisation terroriste . C’est est un mouvement politico-militaire qui active sur la scène politique interne au Liban et  qui fait partie du paysage social et politique du Liban et qui participe aux équilibres fragiles patiemment et laborieusement négociés dans ce pays, notamment en vertu des accords de Taëf auxquels il a été partie prenante.Toute décision concernant ce mouvement doit, donc, émaner des Libanais eux-mêmes. La Tunisie, pour qui la non-immixtion dans les affaires internes des autres pays est l’un des principes directeurs de sa politique étrangère, s’interdit toute interférence dans ce dossier et refuse de s’exprimer en lieu et place des Libanais dans une affaire qui les concerne d’une manière exclusive»

 

12933053_1112172888805208_1256650624661299739_n (1)

 

 

Pas de normalisation avec Israël

Le Président Béji Caied Essebssi a indiqué  sur les ondes de Radio Med, que les relations de la Tunisie avec les pays du Golfe et l’Arabie Saoudite  ont enregistré une dynamique remarquable. Nos dernières  visites  ont donné leurs fruits, avec la signature d’importantes conventions de coopération, en particulier avec le Qatar, l’Arabie Saoudite, le Koweit et les Emirats Arabes Uunis. Le Président de la République  a affirmé qu’il n y’aura pas de normalisation avec Israël et que la Tunisie ne compte pas s’engager dans le conflit entre l’Arabie Saoudite et l’Iran.

12495063_1112172962138534_1901317343564212358_n

KB

 

 

Voir aussi

téléchargement (1)

TUNISAIR lance des promotions spéciales « Ramadan 2017 »

Dans le cadre d’une meilleure dynamique de ses offres tarifaires, Tunisair innove et lance cette ...