lundi, 18 décembre 2017 Écoutez nous sur le 100.0 FM à Nabeul et Hammamet et sur le 104.1 FM au Cap Bon et au Grand Tunis
Home / Actualités / Lena Chamamyan et Wajdi Riahi enchantent Hammamet

Lena Chamamyan et Wajdi Riahi enchantent Hammamet

 

 

Lena Chamamyan a baigné le public de la 53 ème édition du FIH dans le chant classique servi par une musique basée sur la richesse des mélodies traditionnelles, qui mêle les influences jazz à l’héritage oriental, arménien et turque.  Son concert donné hier dans le cadre du programme Indoor,  a apporté  à la musique arabe des sonorités peu communes telles que le piano, le saxophone ou d’autres cuivres.Le résultat de ce mélange innovant, surprenant, auquel ont participé des artistes tunisiens à l’instar de Wajdi Riahi (piano), et de Hend Zouari (Qanoun), ouvre une nouvelle perspective sur le folklore syrien et sa perception.

Après une intro en solo  dans la quelle elle a interprété trois morceaux (Oror, We will go home et Lamma Bada), elle entre dans le vif du sujet avec Bali Maak, Ala Moj El Bahr, des chansons folkloriques réarrangées et où un rôle plus important est accordé au chant  qui ont permis au public de découvrir l’étendue de sa voix et son harmonie naturelle et mutuelle avec les instruments acoustiques.

L’artiste, qui s’est forgé un style unique, alliant tradition de l’Orient, lyrique, world et jazz, a révélé avec les morceaux « Les vieux amants », « Kissat Ichk », « Shaam » et «Rassa’el », un nouvel espace musical qui transpose ces sentiments d’affliction, et à travers lequel elle souhaite partager avec le public une énergie nouvelle et positive. La vie, la dignité, l’espoir et l’antiviolence sont les thèmes dominants de ses chansons, dont la majeure partie a été écrite et composée par la chanteuse. La soprano, avec sa voix angélique, mélodieuse et cristalline,  a également chanté « Awal Mousafer », « Akher el Aanqoud », deux morceaux qui ont capté l’attention du public qui écoutait dans un silence religieux, le raffinement des modes et la subtile ornementation vocale de Lena Chamamyan. A l’émotion forte succède la joie sur des airs festifs qui ont mis en branle les festivaliers avec la chanson « Ya Mal Sham » et la chanson arménienne « Ya Halali ». Il est à signaler qu’en prélude, l’artiste tunisien Wajdi Riahi, a présenté au public une variété musicale issue du patrimoine tunisien où la richesse des mélodies et des rythmes ont caractérisé son jeu. La soirée fut, à tous les égards, sublime.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Festival du théâtre Néapolis : un défilé des chars haut en couleurs

Samedi a été marqué par un défilé de chars  marquant l’ouverture du festival international du ...