jeudi, 21 septembre 2017 Écoutez nous sur le 100.0 FM à Nabeul et Hammamet et sur le 104.1 FM au Cap Bon et au Grand Tunis
Home / Actualités / Farhat Horchani « L’armée nationale n’est pas autorisée à s’ingérer dans la chose publique ni à faire face aux protestations »
farhat1

Farhat Horchani « L’armée nationale n’est pas autorisée à s’ingérer dans la chose publique ni à faire face aux protestations »

 

« L’armée nationale n’est pas autorisée à s’ingérer dans la chose publique ni à faire face aux mouvements de protestation », a déclaré vendredi le ministre de la Défense nationale, Farhat Horchani, en allusion aux instructions données par le président de la République, Béji Caïd Essebsi, aux militaires pour protéger les sites de production sous la pression des mouvements de protestation.

« La décision du président de la République est strictement constitutionnelle et n’affecte aucunement les libertés, a-t-il expliqué dans une interview exclusive accordée à l’agence TAP.

« Conformément à la mission qui lui est assignée, l’armée nationale demeure engagée à respecter la plus stricte neutralité. Sa mission est définie par la Constitution et les législations en vigueur », a-t-il ajouté.

Dans son article 19, « la Constitution stipule que «la sûreté nationale est républicaine. Ses forces sont chargées de maintenir la sécurité et l’ordre public, de protéger les individus, les institutions et les biens, et d’exécuter la loi dans le respect des libertés et de la neutralité totale ».

Quant à l’article 18 de la Loi fondamentale, il dispose que « l’armée nationale est une armée républicaine. Elle constitue une force militaire armée fondée sur la discipline et composée et organisée conformément à la loi. Il lui incombe de défendre la nation, d’assurer son indépendance et son intégrité territoriale. Elle est assujettie à une neutralité totale. L’armée nationale apporte son concours aux autorités civiles dans les conditions fixées par la loi ».

« Ainsi, les unités militaires vont se déployer pour protéger les sites de production contre toute éventuelle menace », a-t-il dit, notant que tout sabotage ou endommagement des installations de production risque de provoquer une catastrophe naturelle qui pourrait s’étendre vers plusieurs régions et de compromettre la sécurité et la santé des citoyens.

Voir aussi

images

Les rencontres Africa : Industries aéronautique et automobile : comment l’Afrique s’intègre à la chaine mondiale ?

L’industrie aéronautique se développe petit à petit sur le continent après que l’Afrique du Sud ...