lundi, 21 août 2017 Écoutez nous sur le 100.0 FM à Nabeul et Hammamet et sur le 104.1 FM au Cap Bon et au Grand Tunis
Home / Actualités / Dismaland, le Disneyland cauchemardesque de Banksy
dismaland-peek-536x540

Dismaland, le Disneyland cauchemardesque de Banksy

 

 

L’artiste le plus secret du monde, Bansky, ouvre son parc d’attraction sur la côte sud-ouest du Royaume-Uni. Dismaland, une version lugubre de Disneyland.

Un endroit « sacrément déprimant » selon lui, « l’attraction touristique la plus décevante de la Grande-Bretagne » où Cendrillon est morte dans un accident de voiture, où la petite sirène est déformée et où les canards sont recouverts de pétrole. « Une contre-utopie de Disneyland« , située à Weston-super-Mare, une station balnéaire désuète du Somerset. A la place d’une ancienne zone de loisir, Tropicana, fermée depuis une quinzaine d’années.

L’entrée de Dislmaland est un bâtiment aux allures de prison. A l’entrée, la fouille est obligatoire et les armes à feu, les grenades, les bombes de peintures, les marqueurs, les couteaux, les licornes et les avocats de Disneyland sont interdits. A l’intérieur, les auto-tamponneuses sont conduites par des squelettes, le château de la Belle au Bois Dormant est en ruine, Mickey fait la gueule et Cendrillon meurt à la manière de Lady Diana sous le pont de l’Alma. Son corps pend sur une portière, sous les flashs des photographes.

58 artistes, venant du monde entier, ont participé au projet. Damien Hirst, Polly Morgan, Josh Keyes, Mike Ross et bien sur Bansky lui-même. « C’est une exposition de la plus belle brochette d’artistes que je puisse imaginer, en dehors des deux qui m’ont dit non, la plus belle collection d’art contemporain jamais assemblée dans une ville côtière du nord Somerset. » Au total, 18 attractions, ouvertes du 22 août au 27 septembre, qui dénoncent l’exploitation animale, la maltraitance des enfants, les vices d’une société de consommation, et l’omniprésence des médias.

« Il ne s’agit pas d’un de ces mondes merveilleux tout droit venus de Hollywood. Non, on n’avait pas les moyens de faire ça. Le conte de fées est terminé, le monde marche comme un somnambule vers une catastrophe climatique ; pour ce qui est de s’évader, il va peut-être falloir attendre. » Ecrit Bansky dans le programme de présentation de son parc. Autre information : l’entrée est déconseillée aux enfants et pour les adultes, elle est à 3£. Mais comme chaque démonstration de l’artiste street-art britannique, l’engouement est absolu. La quête d’un billet pour Dismalandsera périlleuse. Faute de bombes de peinture et de licorne, il faudra s’armer de patience.

Voir aussi

21015938_1518824034846772_8654681776161674964_o

Slim Khalbous : Vers la création de districts universitaires

  invité de Prime Time, ce lundi 21 août 2017, le ministre de l’Enseignement supérieur ...